Catégories
Lifestyle

Trois familles finlandaises liées à Isis arrivent du camp de réfugiés d'Al-Hol

Carte montrant l'emplacement du camp de réfugiés d'al-Hol dans le nord de la Syrie / Crédit: Google Maps

Trois familles finlandaises, des femmes et des enfants, sont arrivées dimanche en Finlande depuis le camp de réfugiés d'al-Hol, dans le nord de la Syrie.

Le ministère des Affaires étrangères confirme que leur arrivée ne faisait pas partie d'un effort officiel de rapatriement, mais qu'ils ont fait leur propre chemin jusqu'à l'ambassade de Finlande à Ankara où ils ont reçu des documents de voyage.

Selon la constitution, aucun Finlandais ne peut se voir refuser un droit d'entrée dans le pays et Helsingin Sanomat rapporte que le groupe est arrivé à Helsinki via Minsk.

Une dizaine de femmes finlandaises et leurs 30 enfants ont séjourné au camp d'al-Hol, qui dispose d'une annexe spéciale pour les familles liées à Isis. On pense que les femmes finlandaises étaient mariées à des combattants d'Isis.

Le ministère affirme que les femmes et les enfants ont été assistés «conformément à la loi sur les services consulaires» et que leur retour en Finlande a été organisé «en coopération avec les autorités turques».

Réaction aux réfugiés de retour

Les autorités finlandaises ont toujours recommandé qu’aucune des femmes ou des enfants d’al-Hol ne tentent de quitter le camp elles-mêmes, mais la question de leur rapatriement a constitué un sujet de discorde politique.

Ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto (Vert) est confronté à une enquête parlementaire et policière sur la manière dont il a traité l'affaire, et s'il a mis à l'écart un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères vers la fin de 2019.

Le Parti finlandais, le plus grand parti d'opposition au Parlement, a critiqué le retour des femmes et des enfants.

"La haute direction de l'État mène des opérations secrètes pour faire venir des terroristes probables, cachés aux yeux du public", écrit le député finlandais Riikka Purra.

Faisant référence à une interview dans un journal du vendredi où Haavisto a déclaré que toutes les opérations de rapatriement officielles étaient en suspens pour le moment, Purra a déclaré: «C'est ainsi que la Finlande fonctionne dans un pays démocratique et bien gouverné. Les ministres mentent, les fonctionnaires mentent, tout le monde ment. Pour faire venir des gens du mouvement horriblement violent de l'Etat islamique », conclut-elle.

Le ministère des Affaires étrangères organise un briefing pour les journalistes à 19h00 et nous mettrons à jour tout nouveau détail à ce moment-là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *