Catégories
Lifestyle

Tour d'horizon des coronavirus: mardi 28 avril 2020

Graphique du coronavirus / Crédit: iStock

Voici notre résumé du soir des dernières nouvelles sur les coronavirus de Finlande:

  • Derniers cas et décès de Covid-19
  • Experts: l'épidémie a fortement ralenti
  • Economiste: les restrictions coûtent à la Finlande 1,2 milliard d'euros par semaine
  • Les ministres envisagent un financement pour les médias
  • Mises à pied au chantier naval Meyer Turku
  • Les conscrits de Kainuu mis en quarantaine

Derniers cas et décès de Covid-19

L'Institut finlandais pour la santé et le bien-être THL dit qu'il y a maintenant 4 740 cas confirmés de coronavirus en Finlande – soit une augmentation de 45 par rapport à lundi.

Il y a également eu jusqu'à présent 199 décès confirmés liés à Covid-19 en Finlande, soit une augmentation de six par rapport à la veille.

Pendant ce temps, le service d'immigration finlandais Migri rapporte avoir confirmé 30 cas de coronavirus dans des centres d'accueil, principalement dans la région d'Uusimaa. Les responsables disent qu'ils commenceront des tests plus approfondis dans les installations de Nihtsilla à Espoo, en particulier après une série d'infections.

Il y a 40 centres d'accueil en Finlande, avec environ 4 400 résidents au total. Le coronavirus a été détecté dans six de ces centres d'accueil.

Experts: l'épidémie a fortement ralenti

Des experts du ministère de la Santé et de THL affirment que l'épidémie de coronavirus «a fortement ralenti en Finlande» dans un nouveau rapport sur la situation du gouvernement et des partis parlementaires.

Le rapport indique que la propagation du coronavirus est plus lente que dans les pays voisins, mais ce n'est pas nécessairement une bonne chose car un fort ralentissement peut prolonger considérablement la durée de l'épidémie et, finalement, poser le risque d'une grande épidémie plus tard.

Le rapport d'expert indique que la situation actuelle permet de discuter d'une levée partielle des mesures restrictives, mais cela doit être fait de manière progressive et contrôlée.

"Si l'épidémie commence à se propager trop rapidement, nous devons être prêts à réagir rapidement", indique le rapport.

«L'augmentation des tests et du dépistage est un moyen de limiter l'épidémie, mais il est peu probable qu'elle suffise à elle seule.»

Economiste: les restrictions coûtent à la Finlande 1,2 milliard d'euros par semaine

Les restrictions visant à ralentir la propagation du coronavirus en Finlande coûtent au pays 1,2 milliard d'euros par semaine. Maurki Kotamäki, Économiste en chef de la Chambre centrale de commerce de Kauppakamari, dit que le gouvernement a un équilibre délicat entre empêcher l'économie de se diriger trop loin vers le sud, tout en assurant la sécurité des gens.

«Si la crise se prolonge, les effets pourraient être systémiques. Dans ce cas, par exemple, les secteurs bancaire et des assurances de l'économie nationale peuvent être menacés. La tâche des décideurs doit être de mettre en œuvre une politique qui minimise les pertes financières d'une manière sûre pour la santé », explique Kotamäki.

L’économiste souligne que les restrictions ne peuvent pas durer beaucoup plus longtemps car les effets économiques deviendront insoutenables – plus l’isolement se poursuivra, plus la deuxième vague possible du virus sera forte, dit-il.

«La question cruciale est de savoir quel est le taux de contagion maintenant et dans un proche avenir si des restrictions doivent être ouvertes. Cependant, il serait possible de commencer à éliminer progressivement l'isolement en utilisant une stratégie basée sur des tests à grande échelle », explique Kotamäki.

Les ministres envisagent un financement pour les médias

Les ministres examinent les recommandations d'un nouveau rapport visant à affecter des fonds budgétaires au journalisme, en particulier aux médias locaux, qui a été fortement touché par la pandémie de coronavirus.

Alors que les médias font état d'un intérêt accru de la part du public à la recherche d'un journalisme fiable pendant la crise, les revenus publicitaires dont beaucoup dépendent pour rester en activité ont fortement diminué.

Le nouveau rapport a été commandé par le ministère des Transports et des Communications et le ministre Timo Harakka (SDP) a déclaré mardi que la capacité opérationnelle des médias devait être préservée.

«L'importance sociale du journalisme a été mise en évidence lors de la crise des coronavirus. C'est une source inestimable d'informations pour les gens », explique Harakka.

Le rapport formule des recommandations clés que le gouvernement examinera avant le budget supplémentaire de mai, notamment des subventions de financement direct aux petits médias régionaux pour continuer à rémunérer le personnel et à effectuer un journalisme d'investigation essentiel. Lisez plus ici.

Mises à pied au chantier naval Meyer Turku

Le chantier naval de Meyer Turku entame des négociations pour mettre 450 personnes au chômage de façon permanente – en plus des licenciements temporaires déjà annoncés en mars qui affectent 900 autres salariés.

«La pandémie corona a changé la situation de manière inattendue et totale. Nous sommes confrontés au fait que la pause causée par la couronne en croisière nécessite d'étirer le carnet de commandes », déclare le PDG Jan Meyer.

«Cette nouvelle situation nous obligera à prendre des mesures d'adaptation douloureuses pour assurer un avenir durable à la construction de navires de croisière finlandais et au réseau», ajoute-t-il.

Le chantier naval de la côte ouest révise également ses carnets de commandes pour les années à venir, en ajustant les délais de construction et de livraison pour les sept navires du pipeline.

"Au lieu d'une nouvelle montée en puissance d'un à deux gros navires livrés par an jusqu'en 2023, on estime maintenant que le chantier naval de Turku construira à l'avenir un grand navire de croisière par an et non plus de montée en puissance", explique Jan Meyer.

Les conscrits de Kainuu mis en quarantaine

Un conscrit de la Brigade de Kainuu revenant de congé a été testé positif pour le coronavirus.

Le soldat revenait dimanche à la caserne de Vaasa et a été testé pour Covid-19 après avoir éprouvé de légers symptômes. Les résultats des tests sont revenus positifs lundi.

En conséquence, les 28 appelés qui voyageaient dans le même bus et 17 autres qui se trouvent dans la même unité ont été mis en quarantaine par précaution.

Il y a actuellement environ 2 700 conscrits à la Brigade et ils sont divisés en trois groupes de rotation qui ne se rencontrent pas.

Les aires communes et les véhicules sont nettoyés et désinfectés avant le changement de groupe, et les rotations se déroulent en cycles de deux semaines: deux semaines d'entraînement en garnison, deux semaines d'entraînement militaire sur le terrain et deux semaines de congé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *