Catégories
Lifestyle

Restrictions dans la région de la capitale finlandaise pour rester en place après le 10 janvier

LA RÉGION DE LA CAPITALE de la Finlande est susceptible d'étendre les mesures les plus strictes possibles pour contenir la propagation du nouveau coronavirus au-delà du 10 janvier, estime le maire d'Helsinki Jan Vapaavuori (NCP).

Vapaavuori a déclaré mercredi à Helsingin Sanomat que la situation épidémiologique sera examinée par le groupe de coordination régional des coronavirus le mardi 5 janvier.

Les mesures les plus strictes à la disposition des autorités municipales comprennent la suspension des activités de loisirs à l'intérieur, le passage à l'enseignement à distance dans l'enseignement secondaire supérieur, l'interdiction des événements avec plus de 10 participants et la fermeture des espaces publics, tels que les bibliothèques. Les municipalités de la région de la capitale ont également encouragé les gens à porter des masques faciaux et les opérateurs privés à fermer les installations sportives.

Les présentes restrictions resteront en vigueur jusqu'au 10 janvier.

Helsingin Sanomat a souligné hier que le nombre de nouvelles infections semble être en baisse dans toutes les grandes villes de la région de la capitale. Helsinki a signalé 1098 nouvelles infections au cours des deux dernières semaines, une baisse de 580 par rapport aux deux semaines précédentes, Vantaa 525 infections, une baisse de 100, et Espoo 317 infections, une baisse de 152.

L'incidence du virus est ainsi passée de 270 à 170 pour 100 000 habitants à Helsinki, selon Vapaavuori.

Il est néanmoins clair sur la base d'une évaluation préliminaire que les restrictions restent nécessaires, a-t-il ajouté. Les dernières statistiques sont associées à une incertitude considérable en raison de la période des fêtes, ce qui signifie que les indicateurs liés à l'épidémie devront être évalués au début de la semaine prochaine.

«Nous avons maintenant des taux d’infection moins élevés, mais d’un autre côté, nous avons effectué moins de tests pendant les vacances. C’est pourquoi il y a un risque que nous ayons des infections cachées », a-t-il déclaré.

Le groupe de coordination, a-t-il dit, évaluera non seulement le nombre d'infections, mais aussi le nombre de personnes nécessitant un hôpital et des soins intensifs, la part de tests positifs et l'opportunité des efforts de recherche des contacts. Une autre variable est la nouvelle mutation du coronavirus découverte en Grande-Bretagne.

"Il n'y a toujours pas d'informations sur la façon dont cela affectera la situation globale", a déclaré Vapaavuori. «Bien que la tendance ait été à la baisse, nos chiffres sont toujours clairement à un niveau trop élevé.»

Les autorités municipales ont été particulièrement invitées à envisager d'assouplir les restrictions sur les activités de loisirs pour les moins de 18 ans.

«Je comprends pourquoi cela a fait l'objet de critiques», a assuré Vapaavuori. «Pourquoi fermons-nous les installations sportives pour les enfants, alors que les adultes qui en ont les moyens peuvent aller dans les gymnases et les centres commerciaux?»

Il a déclaré que la situation «insatisfaisante» est une conséquence du caractère incomplet de la loi sur les maladies transmissibles. Les municipalités, a-t-il expliqué, n'ont pas le pouvoir d'ordonner aux entreprises de suspendre leurs activités.

Les pouvoirs peuvent être élargis avec les amendements qui seront introduits en février ou mars, a-t-il déclaré.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *