Catégories
Lifestyle

Préoccupation face à l'augmentation des cas de coronavirus dans la communauté somalienne

Photo de fichier d'Aleksanterinkatu, Helsinki, montrant des piétons et des tramways / Crédit: iStock

Les responsables des soins de santé dans la capitale finlandaise ont exprimé leur inquiétude face à l'augmentation du nombre de résidents somalophones testés positifs pour le coronavirus.

Jusqu'à présent, près de 200 cas ont été confirmés, ce qui, selon la ville d'Helsinki, se traduit par 1,8% de la communauté somalienne de la capitale, contre 0,2% en moyenne parmi tous les résidents d'Helsinki.

«Je trouve la propagation récente de l'infection parmi les communautés de langue minoritaire très préoccupante. La situation exige un travail d'équipe renforcé, le développement continu de services multilingues et des communications ciblées efficaces », a déclaré le maire d'Helsinki Jan Vapaavuori (PCN).

La ville d'Helsinki et les hôpitaux HUS ont produit et diffusé des informations dans plusieurs langues, ainsi que des sites Web dans les langues minoritaires.

Des médecins, des infirmières et d'autres professionnels des communautés de langue minoritaire ont été impliqués dans les efforts de suivi du taux d'infection à Helsinki, afin de mieux comprendre la propagation de Covid-19 et les raisons de la chaîne d'infection.

Malgré ces mesures, cependant, le nombre d'infections au sein des communautés minoritaires – et de la communauté somalophone en particulier – a continué de croître.

«Nous avons entamé des discussions avec la Ligue finlandaise de Somalie au sujet de nouvelles mesures pour améliorer la situation. Nous devons également renforcer notre coopération dans l'ensemble de la zone métropolitaine, car cette situation ne se limite probablement pas à Helsinki », explique Vapaavuori.

Photo de fichier de Suldaan Said Ahmed (à gauche) pendant la campagne électorale parlementaire, Helsinki, mars 2019 / Crédit: News Now Finland

Réaction de la communauté somalienne

Bien que les efforts de sensibilisation se poursuivent, il reste encore du travail à faire.

Conseiller municipal d'Helsinki Suldaan Said Ahmed dit que la chose la plus importante est que la communauté reçoit des informations dans sa propre langue – et ajoute que de nombreux bénévoles de la communauté somalienne travaillent pour partager des informations et des conseils, en particulier sur les réseaux sociaux où la nouvelle vie sur Facebook a commencé à apparaître comme la dernière tendance diffuser des informations précises.

«Il y a aussi un problème de classe, car de nombreux immigrants somaliens travaillent dans des emplois à bas salaire comme les nettoyeurs et les chauffeurs de bus, ils n'ont donc pas la possibilité de travailler à distance», explique Said Ahmed, qui a récemment été testé positif pour le coronavirus, et a été récupérer à la maison.

«Il y a aussi le problème que les Somaliens ont des familles nombreuses. Ce sont des gens sociaux et ils vivent avec différentes générations. Parfois, vous avez des parents, des enfants et des grands-parents vivant dans un petit appartement. Dans de tels cas, l'isolement est très différent de celui des familles finlandaises traditionnelles. Nous devons envisager la politique du logement à l'avenir, les grandes familles ont besoin de grandes maisons », dit-il News Now Finland.

Said Ahmed dit qu'il est plus important que jamais que le rôle des organisations somaliennes se concentre sur le partage d'informations précises et utiles avec la communauté.

«Ils doivent donner plus d'informations sur la façon de s'isoler et de se protéger eux-mêmes et leurs familles.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *