Catégories
Lifestyle

Les responsables de HUS ont détecté 25 incidents d'exposition massive au coronavirus en juillet

VINGT-CINQ INCIDENTS dans lequel 10 personnes ou plus ont été exposées au nouveau coronavirus ont été détectées dans le district hospitalier d'Helsinki et d'Uusimaa (HUS) en juillet, révèle Lasse Lehtonen, le directeur du diagnostic à HUS.

"Ils se sont déroulés sur des vols, des lieux de travail, des jardins d'enfants, des fêtes, des maisons de retraite, des chantiers de construction et des ferries, par exemple", a-t-il indiqué sur Twitter samedi.

Lehtonen a également révélé que 16 à 45 pour cent des infections confirmées dans le district avaient été retracées avec succès jusqu'à leur origine en juillet.

Le nombre de morts par coronavirus grimpe de un en Finlande

  • L'Institut finlandais de la santé et du bien-être (THL) a déclaré vendredi que le nombre de morts du nouveau coronavirus avait augmenté de un à 329.
  • Quatre patients sont actuellement hospitalisés, mais aucun d'entre eux en soins intensifs, avec des symptômes causés par le virus.
  • Le nombre d'échantillons testés pour le virus a augmenté d'environ 6 600 à 330 500 entre jeudi et vendredi.

L'Institut finlandais de la santé et du bien-être (THL) a rapporté vendredi que le nombre d'infections à coronavirus confirmées en laboratoire avait grimpé de huit à 7380 en Finlande. Cinquante et une des infections ont été détectées au cours de la dernière période de surveillance de sept jours entre le 15 et le 21 juillet, signalant une augmentation de 11 par rapport à la période entre le 8 et le 14 juillet.

On estime actuellement que le virus a un taux de reproduction de 0,55 à 0,95 en Finlande. Son bilan des morts a augmenté de un à 329 entre jeudi et vendredi.

Bien que la situation épidémiologique reste stable à la lumière des statistiques, la levée des restrictions liées aux événements, aux voyages et à d'autres a relancé le débat public sur la possibilité d'une deuxième vague d'infections. Asko Järvinen, directeur des maladies infectieuses à HUS, a rappelé vendredi à Helsingin Sanomat que la propagation du nouveau coronavirus pourrait être sujette à des variations saisonnières, ses autres souches ayant tendance à être moins fréquentes en été.

«Si nous parlons de fluctuations saisonnières, il est possible que le virus s’active à l’approche de l’automne. Personne ne sait ce qui se passera à l'automne », a-t-il déclaré.

«Si nous ne pouvons pas aller au fond des chaînes de transmission, le virus peut se propager plus largement. Les pièces sont en place pour une situation difficile dans le pire des cas également en Finlande, car il n'y a pas de protection basée sur la vaccination. "

Järvinen a également rappelé que le pays est mieux préparé à affronter l'éventuelle deuxième vague qu'il ne l'était lorsque le virus a commencé à se propager parmi la population au printemps dernier.

«Nous avons une énorme machine de traçage prête, une plus grande capacité de test et le système de soins a été mis en place une fois. Nous savons comment protéger les patients des maisons de retraite médicalisées, où le risque de décès est le plus élevé. Nous avons appris et avons eu le temps de nous préparer », a-t-il souligné.

«Si le nombre de patients augmente, il est possible que nous nous retrouvions dans la même situation que, par exemple, Stockholm. Là, le système de soins de santé a été surchargé. C’est à ce moment que des décès surviendront également pour des raisons autres que le coronavirus. »

Les médecins du HUS ont estimé la semaine dernière qu'une deuxième vague d'infections, peut-être pire, est également probable en Finlande. Le trio a fondé son évaluation sur le fait que l'assouplissement de diverses restrictions n'a pas été compensé par des mesures qui empêchent le virus de se propager dans des environnements intérieurs exigus tels que les boîtes de nuit.

«Nous parlons de nous qui avons peut-être beaucoup d’événements où un seul super émetteur peut propager la maladie», a résumé Lehtonen.

«Deux à trois semaines est un délai réaliste, ce qui signifie que nous voyons maintenant les conséquences des ouvertures de restaurants. (Les conséquences de) la reprise de la vie nocturne seront visibles dans deux semaines », a-t-il rappelé.

«La deuxième vague viendra probablement si les gens ne suivent pas les mesures de précaution», a déclaré Eeva Ruotsalainen, médecin-chef adjoint de l'unité épidémiologique du HUS.

Les autorités finlandaises de la santé, a-t-elle ajouté, devraient recommander que les personnes portent des masques dans des environnements surpeuplés tels que les transports en commun à l'automne, car les navetteurs commencent à utiliser les services en plus grand nombre depuis février.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *