Catégories
Lifestyle

Les pubs finlandais, les boîtes de nuit pour faire face à des restrictions plus strictes que les cafés, les restaurants

LES AFFAIRES SOCIALES et la commission de la santé du Parlement a finalisé sa proposition sur la limitation des activités des restaurants en Finlande.

Markus Lohi (Centre), le président de la commission des affaires sociales et de la santé, a déclaré mardi que la commission avait convenu à l'unanimité que les restrictions devraient varier en fonction de l'objectif principal des établissements à compter du 1er novembre.

Les restrictions les plus strictes, a-t-il dit, viseraient les bars, pubs, boîtes de nuit et autres établissements dont le principal objectif est de servir de l'alcool.

Le décret rédigé par le comité permettrait aux autorités régionales d'interdire à ces établissements de faire entrer plus de 50 pour cent de leur pleine capacité habituelle. Les capacités des cafés et des restaurants, à leur tour, pourraient être limitées à 75 de la pleine capacité habituelle si la situation épidémiologique régionale l'exigeait.

Cette division est justifiée par le risque accru d'infection dans certains types de restaurant, a fait valoir la commission des affaires sociales et de la santé.

«Les restrictions les plus strictes seront ciblées sur les restaurants qui, du point de vue de la lutte contre l'épidémie de coronavirus, présentent un risque très probable de contact entre clients», a déclaré Lohi lors d'une conférence de presse de YLE.

Les restrictions peuvent également être adaptées en fonction du nombre régional d'infections à coronavirus, selon Helsingin Sanomat. Le décret sera formulé de telle sorte que les restrictions ne seront, en principe, en vigueur que dans les zones où elles sont nécessaires, ce qui signifie qu'elles varieront selon que la zone est au stade de base, d'accélération ou de propagation de l'épidémie.

Lohi a ajouté que le terme «zone» n’avait pas été défini dans la proposition, révélant qu’il pouvait s’appliquer à une région, un district hospitalier ou une municipalité selon les circonstances.

Les autorités régionales pourront également limiter les heures d'ouverture et de service des restaurants pour tenter de ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Les restaurants à haut risque, par exemple, peuvent être sommés de fermer leurs portes à 23h, 12h ou 1h du matin sur la base d'une évaluation épidémiologique régionale.

Les restrictions ne seront pas appliquées aux restaurants en conjonction avec des stations-service, par exemple.

L'Association finlandaise de l'hôtellerie (Mara) a décrit la proposition comme un pas dans la bonne direction en ce qu'elle prend mieux en compte les droits constitutionnels des entrepreneurs et des employés du secteur de la restauration.

Il est néanmoins essentiel que les restrictions soient justifiées par des données exactes et à jour sur les expositions et les infections provenant du gouvernement et des autorités sanitaires.

Timo Lappi, le directeur général de Mara, a souligné que la proposition donne au gouvernement une marge de manœuvre considérable pour décider des restrictions, qui – a-t-il souligné – doivent être nécessaires et proportionnées selon le Comité du droit constitutionnel.

«Si la situation du coronavirus est bien maîtrisée dans une région, elle ne devrait avoir aucune restriction», a-t-il résumé dans un communiqué.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *