Catégories
Lifestyle

Les pays de l'UE réalisent que le moment décisif pour le paquet de relance est proche

ÉTATS MEMBRES de l'Union européenne reconnaissent largement la nécessité de parvenir à un accord sur le fonds de relèvement rendu nécessaire par la pandémie de coronavirus, a déclaré Tytti Tuppurainen (SDP), le ministre des Affaires européennes et de la Direction de la propriété.

Les chefs d'État du bloc de 27 pays se réuniront pour discuter à la fois du fonds et du cadre financier pluriannuel du bloc à Bruxelles le vendredi 17 juillet.

Tuppurainen a participé mercredi à une vidéoconférence avec ses collègues des autres États membres pour jeter les bases de la réunion clé. Le Premier ministre Sanna Marin (SDP), a-t-elle déclaré, est prête à poursuivre la réunion tout au long du week-end ou à se réunir à nouveau rapidement si nécessaire.

"Il y a une prise de conscience que le moment décisif est proche", a déclaré Tuppurainen.

Elle et ses collègues ont discuté d'une proposition soumise la semaine dernière par Charles Michel, le président du Conseil européen. Tuppurainen a déclaré que de nombreux États membres ont appelé l'attention sur les principes de l'état de droit dans leurs déclarations, faisant écho aux demandes selon lesquelles l'octroi de fonds devrait être subordonné au respect de ces principes.

«Il y a eu quelques progrès sur le plan de relance, mais la question de la proportion des prêts et de l'aide est clairement un travail en cours. Le travail sur les critères d'allocation se poursuit également. »

La Finlande a appelé non seulement à subordonner le financement au respect de l'État de droit, mais aussi à un ensemble global plus petit, à une plus grande importance accordée aux prêts et à une délimitation claire de ses expositions.

Tuppurainen a refusé de commenter le type de résultat que le pays serait prêt à approuver.

«Ce qui compte, c'est le tout. Le Premier ministre procédera à une évaluation globale vers la fin des négociations. Il est difficile de nommer un seul problème, car il est toujours difficile de prédire comment les négociations avancent », a-t-elle expliqué.

Le fonds de relance a été critiqué en particulier par ce que l'on appelle le quatuor frugal: l'Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas.

Tuppurainen a déclaré que la Finlande n'était pas d'accord avec le quatuor sur certaines questions. Les Pays-Bas, par exemple, ont exprimé leur soutien à l'augmentation du rôle des conseils des États membres afin de leur permettre d'orienter l'utilisation des fonds dans les États membres.

"Les Pays-Bas sont inutilement bureaucratiques stricts à ce sujet", a-t-elle déclaré.

La Finlande est également disposée à approuver un ensemble global légèrement plus important que le trimestre et n'est pas favorable à l'idée d'introduire des remises sur les frais d'adhésion demandées par les quatre pays.

«Ce sont des remises que tous les autres États membres devraient payer, y compris la Finlande», a déclaré Tuppurainen.

Le fonds a été critiqué pour avoir conduit à des transferts de revenus directs des membres du nord au sud du bloc et fait avancer la fédéralisation de l'UE.

"Il y a des raisons pour le paquet de récupération dans les traités", a répondu Tuppurainen, soulignant une déclaration publiée par le service juridique du Secrétariat général du Conseil. "Ce n'est pas une crise de la zone euro et nous n'assumons aucune responsabilité solidaire pour les dettes existantes ou pour couvrir une mauvaise gestion financière."

"Il s'agit de la solidarité mutuelle des États membres face à la crise des coronavirus qui menace de déclencher une nouvelle récession économique."

L'Union européenne, a-t-elle souligné, n'est pas une union de transfert de revenus qui distribue exclusivement des fonds des riches aux pauvres.

"Nous parlons du fonctionnement du marché intérieur de l'UE. En ce qui concerne l’allocation de fonds à certains pays à faible revenu, c’est un moyen de réduire les inégalités en Europe. Ces mesures contiennent un élément réformateur prononcé. Les pays qui dépendent des énergies fossiles reçoivent de l'aide pour réformer leur économie. »

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *