Catégories
Lifestyle

Les parties finlandaises conviennent de la nécessité de clarifier la loi sur les mutilations génitales féminines

LE COMITÉ DES AFFAIRES JURIDIQUES du Parlement finlandais a décidé à l'unanimité que le code pénal devait être amendé pour clarifier le caractère punissable des mutilations génitales féminines.

La commission a rendu sa décision hier après s'être réunie pour discuter d'une initiative citoyenne appelant à un acte distinct pour interdire la pratique néfaste.

Bien que la législation finlandaise permette de punir les personnes pour mutilations génitales féminines, ces cas doivent être examinés à la lumière des éléments de l'agression. La commission des affaires juridiques a déclaré mercredi que le gouvernement devrait agir rapidement et présenter les amendements législatifs nécessaires pour clarifier le caractère punissable des mutilations génitales féminines d'ici la fin du mandat électoral.

La décision a été bien accueillie par les décideurs politiques et les travailleurs humanitaires.

Ujuni Ahmed, spécialiste de World Vision Finland, s’est déclarée ravie de la décision, ayant fait partie de la délégation qui a présenté l’initiative citoyenne au Parlement finlandais.

«Mes mains tremblent. C'est incroyable! Merci à la commission des questions juridiques et à tous ceux qui ont travaillé avec moi pour interdire la mutilation des organes génitaux des filles. Je suis sans voix. C'est ma Finlande », s'est-elle réjouie mercredi sur Twitter.

«Il est prouvé que des filles nées en Finlande ont été envoyées à l'étranger pour être mutilées», a rappelé Matias Mäkynen (SDP). «Nous parlons d’un problème majeur de droits de l’homme. Nous devons garantir l'inviolabilité de tous. La question va maintenant passer à la salle des séances, où la déclaration recevra l'approbation finale. »

«Les initiatives citoyennes ont une fois de plus montré leur pouvoir de rectifier les défauts. Merci aux auteurs et signataires de l'initiative », a fait écho Mari Holopainen (Verts).

La commission des affaires juridiques a estimé dans sa déclaration que le cadre réglementaire devrait également être clarifié en ce qui concerne les circoncisions non médicales des garçons. Ses membres ont joint à la déclaration deux opinions divergentes opposées sur la question.

Antero Laukkanen (démocrates-chrétiens) a estimé qu'il n'était pas nécessaire de clarifier les directives pour les circoncisions non médicales publiées en 2015 par l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être, compte tenu notamment de l'importance de la procédure pour l'identité culturelle et la pratique religieuse dans l'islam et le judaïsme .

Leena Meri, Mari Rantanen et Sebastian Tynkkynen du parti finlandais ont considéré de manière contrastée que toutes les circoncisions non médicales devraient être rendues punissables par la loi.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *