Catégories
Lifestyle

Les Finlandais les plus frustrés en Europe par une pandémie, mais les moins touchés financièrement

L'une des révélations les plus frappantes de COVID-19 a été les énormes disparités entre la façon dont des pays différents et apparemment similaires et leurs citoyens respectifs ont fait face au virus. Au sein de l'Union européenne, les États membres qui partagent des frontières, comme la Finlande et la Suède, ont eu des expériences très divergentes avec le coronavirus.

Comme l'a révélé une récente enquête à l'échelle de l'UE commandée par le Parlement européen en mai, l'État membre de l'UE dans lequel une personne réside pendant la crise aura un impact significatif sur la façon dont elle vit COVID-19.

Le sondage de l’UE auprès de plus de 21 000 citoyens dans 21 États membres visait à faire le point sur la manière dont les Européens du bloc ont été touchés par le virus. Il examine un large éventail de facteurs, interrogeant les répondants sur leur bien-être émotionnel, leur situation financière, leur niveau de confiance en l'autorité et la manière dont COVID-19 a eu un impact sur leurs convictions politiques.

Les résultats révèlent une mosaïque d'expériences incohérentes et souvent très divergentes à travers le Bloc. Les réponses des résidents finlandais se distinguent de celles des autres États membres de l'UE pour plusieurs raisons, tout en ayant de nombreux points communs avec les autres. Lisez la suite pour découvrir les principaux résultats de l'enquête et ce qu'ils disent de la Finlande à l'ère de COVID-19.

En ce qui concerne la façon dont la pandémie actuelle a affecté le bien-être émotionnel des Finlandais, la plupart des réponses sont globalement conformes à la moyenne de l'UE. Environ la moitié des Finlandais décrivent «l'incertitude» comme l'émotion la plus générale qu'ils ont ressentie depuis le début de la crise, suivie par «l'espoir», avec 40%.

Cependant, une valeur aberrante existe. L'enquête a révélé que la Finlande est de loin le pays le plus frustré de l'UE, 38% des Finlandais interrogés décrivant la frustration comme l'une des principales émotions qu'ils ressentent actuellement. Fait intéressant, cependant, la Finlande est également le pays le moins en colère de toute l'UE, avec seulement 5% des Finlandais décrivant la colère comme étant la principale émotion, contre 21% des Grecs.

Certaines de ces émotions pourraient être liées à la façon dont les ménages finlandais ont été touchés par le coronavirus, par rapport à d'autres pays. Les Finlandais sont parmi les moins susceptibles de toute l'UE d'avoir éprouvé des difficultés financières en raison de COVID-19. Seuls 19% des Finlandais ont déclaré avoir perdu des revenus en raison du coronavirus, un peu plus qu'au Danemark (14%) et aux Pays-Bas (18%). La Finlande et la Suède voisine sont également parmi les pays où les résidents sont les moins susceptibles d'avoir rencontré des problèmes financiers, avec 54% et 53% des répondants en disant autant.

Les Finlandais se sont également révélés être un groupe de voisins depuis le début de l'épidémie. En Finlande, 38% des personnes interrogées ont déclaré avoir reçu une assistance régulière de leur entourage depuis le début de la crise. Ce n'est que la Hongrie, où 44% des personnes ont déclaré avoir reçu une telle assistance.

Une autre caractéristique qui distingue nettement la Finlande des autres États membres de l'UE concerne la confiance dans les autorités. Lorsqu'on leur a demandé s'ils étaient satisfaits de la réponse de leur gouvernement national à COVID-19, 71% des Finlandais ont répondu par l'affirmative, juste derrière l'Autriche (74%). La Finlande a également signalé les niveaux de confiance les plus élevés envers les autorités sanitaires nationales de l'UE, aux côtés du Danemark, de la Suède et de l'Irlande. La Finlande a également signalé l’un des niveaux de soutien les plus élevés à la réponse COVID-19 de l’Union européenne, 57% se déclarant satisfaits.

Cependant, ce n'est pas une image complètement uniforme. Étonnamment, les répondants finlandais ont également déclaré avoir le plus faible niveau de confiance envers leur propre médecin dans l'ensemble de l'UE, avec seulement 9% des Finlandais déclarant faire confiance à leur médecin pour les informations relatives à COVID-19. Contrairement à cela, les Finlandais ont également le plus haut niveau de confiance envers les journalistes des médias grand public pendant la crise, bien que ce chiffre soit encore faible, avec seulement 20% des Finlandais déclarant faire confiance aux médias.

En outre, lorsqu'on leur a demandé si les restrictions à la liberté individuelle étaient justifiées pour empêcher la propagation du virus, 78% des Finlandais ont répondu par l'affirmative, les plaçant en troisième position après l'Irlande (81%) et le Portugal (79%).

Il reste à voir si ces chiffres changeront à mesure que la crise continue de se développer. Ce qui est clair, c'est qu'en ce moment, les Finlandais font état de niveaux de confiance et d'optimisme plus élevés, ainsi que d'insécurité économique plus faible, par rapport à l'UE dans son ensemble.

Adam Oliver Smith – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *