Catégories
Lifestyle

Les entreprises finlandaises de plus en plus incertaines quant à la gestion de la crise des coronavirus

ENTREPRISES en Finlande sont de plus en plus préoccupés par la capacité du gouvernement à gérer l’épidémie de coronavirus et la crise économique qu’elle a déclenchée, selon une enquête menée par la Chambre de commerce finlandaise.

Près des deux tiers (67%) des entreprises interrogées ont estimé que le gouvernement avait géré la crise économique très ou relativement mal, signalant un bond de 12 points de pourcentage par rapport à mai.

Le point de vue des entreprises a changé encore plus radicalement en ce qui concerne la réponse nationale à la pandémie, le pourcentage d'entreprises qui en sont très ou relativement déçues passant de 13 à 34%.

«Déjà en mai, les entreprises estimaient que le gouvernement n'avait pas été en mesure de gérer la crise économique de la manière souhaitée», a souligné Juho Romakkaniemi, PDG de la Chambre de commerce de Finlande.

Il a rappelé que les luttes des entreprises ont inévitablement un impact sur le public et le pays dans son ensemble.

«Les emplois qui fournissent aux gens leurs moyens de subsistance se trouvent dans les entreprises. Si leur environnement opérationnel est limité parce que le gouvernement n'a pas réussi à se préparer à une deuxième vague au cours de l'été, c'est à la fois très triste et très alarmant », a déclaré Romakkaniemi.

La Chambre de commerce de Finlande a également rapporté lundi que l'opinion des entreprises sur leur personnel et leurs ventes nettes n'avait pas changé depuis le début de l'été, les trois quarts des entreprises estimant à la fois que l'épidémie avait eu un impact négatif sur elles et que leur réseau les ventes diminueront au cours des deux prochains mois.

Près de la moitié (44%) des entreprises ont indiqué avoir dû recourir à des licenciements temporaires ou permanents, tandis que 43% ont déclaré qu'elles devront examiner la nécessité d'ajuster leurs effectifs d'ici la fin de l'année.

«De nouveaux risques sont à l'horizon cet automne», a rappelé Mauri Kotamäki, économiste en chef de la Chambre de commerce de Finlande. «Le monde est dans une crise économique même si des projets de relance massifs stimulent la demande totale dans le monde. Les entreprises finlandaises ont en même temps peur de leur compétitivité-coût, les bureaux sont contraints de s'adapter voire de fermer leurs opérations, des grèves ont lieu et le Premier ministre envoie des signaux inquiétants aux industries.

«Bien que les six premiers mois de la crise des coronavirus se soient plutôt bien déroulés en comparaison internationale, nous ne sommes pas encore sortis du bois. Le besoin de négociations locales est plus grand que jamais », a-t-il déclaré.

Près de 3 000 entreprises de divers secteurs ont répondu à l'enquête.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *