Catégories
Lifestyle

L'économie se redresse malgré la deuxième vague de Covid-19

Les économistes d’OP prévoient une reprise économique lente après le grand bond en avant réalisé au troisième trimestre. La reprise progressera au rythme fixé par la pandémie, soutenue par des mesures de relance économique. Un lancement plus rapide que prévu des vaccins Covid-19 sur le marché pourrait accélérer la reprise.

Les économistes d’OP prévoient que le PIB finlandais se contractera de 4,0% en 2020 et rebondira à une croissance de 3,0% en 2021.

Les prévisions restent les mêmes qu'en août.

«Après un premier semestre très turbulent, la principale nouvelle est probablement que la vue d'ensemble de l'économie est restée inchangée depuis l'été. Les prévisions de croissance économique pour la Finlande sont restées les mêmes et, dans l'ensemble, nous n'avons apporté que des ajustements mineurs à nos prévisions », déclare Reijo Heiskanen, Économiste en chef d’OP.

L'économie finlandaise s'est fortement contractée au deuxième trimestre, mais a nettement rebondi en juillet-septembre. Les économistes d’OP prévoient que l’économie se redressera lentement par rapport aux niveaux enregistrés cet automne. Le PIB n'atteindra son niveau d'avant la crise qu'après environ un an, à l'hiver 2021-2022.

Les dépenses de consommation se sont redressées assez rapidement après l'effondrement du printemps. Cependant, les indicateurs basés sur les données des cartes de paiement d’OP montrent que les dépenses ont de nouveau légèrement diminué cet automne. Les dépenses de consommation dans leur ensemble devraient se contracter cette année de 2%, ce qui est nettement moins que ce que l'on craignait au printemps. L'année prochaine, les dépenses de consommation devraient augmenter de 3% mais le taux d'épargne, qui a augmenté cette année, devrait toujours dépasser le niveau de 2019.

Les exportations reprennent au rythme du marché

Au cours de l'été, les exportations ont rebondi depuis le fond de pierre connu au printemps, et la lente reprise devrait se poursuivre également l'an prochain. Compte tenu du faible niveau initial, les exportations devraient augmenter de 7,3% en 2021.

«Les exportations finlandaises ont évolué au rythme des marchés. Les perspectives sont encore plus favorables que le développement économique général de nos marchés d'exportation. La crise a frappé le plus durement le secteur des services dont la performance ne se reflète pas dans la demande d'exportation de la même manière que la demande de biens », note l'économiste en chef Heiskanen.

En raison de sa brièveté, la crise n'a pas affecté les investissements dans la même mesure que les dépenses de consommation, mais la reprise restera modeste. Cependant, l'humeur positive qui règne sur le marché du logement stimule le niveau relativement bon des investissements dans la construction résidentielle.

À la suite de la diminution des mises à pied temporaires, l'emploi a rebondi des profondeurs du gouffre connu au printemps. Cependant, les économistes d’OP affirment que l’emploi sera, en moyenne, plus faible l’année prochaine que cette année. La hausse du taux de chômage est restée modérée par rapport aux premiers stades dramatiques de la crise. Cependant, il n'y a aucun signe de changement majeur de la courbe de chômage par rapport à la situation actuelle.

Le solde budgétaire s'est considérablement affaibli, mais moins que prévu. L'année prochaine, le déficit public devrait se réduire et le programme du gouvernement comprendra un plan de stabilisation du ratio dette / PIB.

La pandémie de Covid-19 fixe le rythme de la reprise économique mondiale

Au troisième trimestre, l'économie mondiale a fait un long bond par rapport au bas causé par la pandémie de Covid-19. Néanmoins, dans de nombreux pays, le PIB est resté nettement inférieur au niveau d'avant la crise. L’exception la plus notable a été la Chine, mais elle n’a même pas atteint sa tendance de croissance antérieure.

«La pandémie de Covid-19 continuera de donner le ton à l'économie mondiale en 2021 également. Notre prévision est basée sur l'hypothèse que les vagues de la pandémie s'atténueront progressivement. Ce point de vue est conforté par le lancement des vaccins Covid-19 sur le marché. Cela permettra à la reprise économique de se poursuivre, quoique à un rythme plutôt lent. La plupart des pays mettent en œuvre une politique très accommodante, qui soutiendra également la reprise », estime Heiskanen.

L'économie américaine a progressé de 7,4% par rapport au trimestre précédent, mais était de 2,9% inférieure à celle de l'année précédente. Jusqu'à présent, la hausse de la courbe d'infection n'a eu qu'un effet mineur sur l'économie américaine. Les économistes d’OP prévoient qu’une reprise modérée se poursuivra et que l’économie américaine atteindra son niveau d’avant-crise au cours de la dernière partie de 2021. La politique accommodante du président élu Joe Biden devrait soutenir la croissance économique.

L'économie de la zone euro a progressé de 12,7% au troisième trimestre, par rapport à avril-juin. Cependant, les restrictions imposées en raison de la forte augmentation des infections à Covid-19 rendront la croissance économique négative à la fin de l'année. Les économistes d’OP s'attendent à ce que la reprise économique progressive se poursuive en Europe l’année prochaine, mais l’économie n’atteindra pas encore son niveau d’avant la crise.

Les banques centrales continueront de mettre en œuvre une politique très accommodante. La Banque centrale européenne (BCE) révisera sa politique en décembre et continuera de mettre en œuvre ses mesures politiques exceptionnelles. Cependant, il maintiendra ses taux d'intérêt de référence inchangés.

«La BCE augmentera le volume et la durée de son programme d'achat d'actifs lié à la pandémie et poursuivra ses opérations de refinancement peu coûteuses destinées aux banques plus longtemps que prévu initialement. En pratique, ces opérations n'auront qu'un effet mineur sur les ménages et les petites entreprises en Finlande, mais en Europe du Sud, le coût de l'emprunt peut baisser », dit Tomi Kortela, Économiste senior chez OP.

OP Financial Group est le plus grand groupe de services financiers de Finlande, avec deux millions de clients propriétaires et 12 000 employés.

HT

Images: Lehtikuva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *