Catégories
Lifestyle

Le syndicat finlandais de la construction demande des tests obligatoires et des quarantaines pour les travailleurs étrangers

DES MESURES PLUS DURES sont nécessaires pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus sur les chantiers de construction, déclare le syndicat finlandais de la construction.

Le syndicat a déclaré plus tôt cette semaine que le virus se propageant sur les chantiers de construction est un risque, en particulier en raison des travailleurs étrangers qui ne peuvent ou ne veulent pas observer la quarantaine recommandée par les autorités finlandaises.

Le problème, a-t-il déclaré, devrait être résolu en introduisant des tests de coronavirus obligatoires et des quarantaines pour les travailleurs venant de l'étranger.

Les personnes arrivant de pays soumis à des restrictions de voyage – c'est-à-dire presque tous les pays du monde – sont actuellement invitées à observer une quarantaine auto-surveillée de 10 jours. Alors que l'industrie de la construction demande aux travailleurs étrangers d'observer une quarantaine plus longue de 14 jours, les recommandations à elles seules ne peuvent garantir la sécurité des chantiers de construction, en particulier à la lumière des conditions de logement typiques des travailleurs étrangers, selon le syndicat.

«Les logements sont exigus et de mauvaise qualité. Il est très rare que les gens aient leur propre chambre, sans parler des salles de bain, » Matti Harjuniemi, a déclaré le président du syndicat finlandais de la construction à Helsingin Sanomat.

«Une quarantaine auto-surveillée n'a absolument aucun sens dans notre secteur, car le travail à distance n'est pas possible.»

Le syndicat finlandais de la construction a appelé à des mesures plus efficaces contre l'épidémie sur les chantiers de construction tout au long de l'année, une demande qui a également été reprise par l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être (THL).

Harjuniemi estime que les chantiers de construction ont plus d'infections que d'habitude.

«Le sentiment instinctif est que chaque fois que des tests ont été effectués chez les travailleurs de la construction, il y a eu plus de résultats positifs que parmi l'ensemble de la population», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il ne dispose pas de données complètes sur le nombre d'infections.

Aleksi Randell, le directeur général de la Confédération des industries de construction finlandaises, a souligné au journal que les entreprises de construction ont pris des mesures pour promouvoir la sécurité au travail au milieu de la pandémie et évité des retards massifs sur les sites.

«Il y a eu des infections, mais l'industrie a respecté les instructions et mis en place des pratiques qui ont permis de travailler en toute sécurité», a-t-il soutenu.

Il a également admis, cependant, que les arrangements de logement temporaire des travailleurs étrangers sont associés à des risques: «Certains des travailleurs étrangers ne vivent pas en permanence en Finlande, mais vivent dans des logements partagés. Il est clair que le risque d’exposition y est plus élevé. »

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *