Catégories
Lifestyle

Le soutien aux sociaux-démocrates diminue, le Parti finlandais non affecté par les récents scandales

SOUTIEN POPULAIRE car le Parti social-démocrate a chuté après avoir augmenté pendant six mois, montre le dernier sondage d'opinion commandé par YLE.

La société de radiodiffusion publique finlandaise a annoncé hier que le soutien au parti au pouvoir avait baissé de 1,3 point de pourcentage pour s'établir à 21,9% entre mai et juin, signalant le premier changement négatif dans le mandat du Premier ministre Sanna Marin (SDP).

Le Parti social-démocrate, malgré tout, continue de voter plus de quatre points de plus que lors des dernières élections législatives et détient une solide avance de trois points sur le Parti finlandais (18,1%) et la Coalition nationale (17,9%).

«La prise en charge du SDP a commencé à baisser un peu. Il reste à voir à quel point il est permanent », a déclaré à YLE Tuomo Turja, directeur général de Taloustutkimus.

Taloustutkimus a interrogé 2 451 personnes pour le sondage du 3 au 30 juin.

Le soutien à la Ligue verte a poursuivi sa trajectoire descendante en reculant d'un point à 10,9%, son niveau le plus bas depuis février 2016. Le parti au pouvoir a obtenu 11,5% des voix lors des dernières élections législatives et a vu sa popularité culminer à 14,3%. il y a environ un an, après que ses rênes ont été remises à la ministre de l'Intérieur Maria Ohisalo (Verts).

Turja a déclaré que la Ligue verte avait perdu ses principaux partisans face aux sociaux-démocrates, à l'Alliance de gauche et à la Coalition nationale. «La diminution du soutien découle des hommes et des femmes de moins de 35 ans. Les sortants comprennent des étudiants et des personnes vivant dans les régions congestionnées de la Finlande », a-t-il déclaré.

L'Alliance de gauche, par exemple, a profité de l'hémorragie de son partenaire de coalition en gagnant un point à 8,9%.

Les changements enregistrés dans le sondage étaient généralement mineurs. Le Centre et le Parti populaire suédois ont enregistré des gains modestes, le premier augmentant de 0,7 point à 11,4% et le second de 0,4 point à 4,3%. Le Parti finlandais est resté à 18,1%, tandis que la Coalition nationale a vu sa popularité augmenter de 0,4 point à 17,9% et les démocrates-chrétiens chuter de 0,1 point à 3,4%.

Le Parti finlandais ne semble donc pas affecté par les controverses publiques liées à une publication misogyne de son think tank, Suomen Perusta, et au tweet d'Ano Turtiainen (PS), membre du Parlement pour le premier mandat du sud-est de la Finlande.

La situation stagnante pourrait toutefois être un signe de changements à venir, selon Turja.

"L'ambiance est attendue", a-t-il déclaré. «Les restrictions concernant les coronavirus sont assouplies et nous espérons pouvoir nous diriger vers nos vies normales. La session budgétaire aura lieu à l'automne. Il est facile de voir que les perspectives économiques ne sont pas exactement brillantes. Tout cela peut avoir un impact sur les notes d'approbation à l'automne. »

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *