Catégories
Lifestyle

Le président critique les plans de sauvetage de la récupération des coronavirus de la zone euro

Photo de fichier du président Sauli Niinistö lors du point de presse de Kultaranta, Helsinki 22 mai 2020 / Crédit: Matti Porre, TPK

Président finlandais Sauli Niinistö a profité du lancement de son événement de discussion d'été à Kultaranta pour critiquer l'idée de renflouer les pays de la zone euro pendant la pandémie de coronavirus.

S'exprimant à Helsinki, Niinistö a déclaré qu'un retour aux principes d'origine de la zone euro, sans aucune disposition de renflouement, devrait maintenant être discuté. Le président a déclaré que cela signifierait que chaque État membre est responsable de ses propres dettes, même s'il a reconnu que les pays devraient dépenser leur chemin pour éviter les dommages économiques causés par la crise des coronavirus.

Les propos de Niinistö interviennent quelques jours seulement après que l'Allemagne et la France ont proposé un fonds de relance temporaire de 500 milliards d'euros, soutenu par le budget de l'UE et les contributions des États membres, pour aider les économies européennes à se remettre de l'impact de la crise.

Cependant, cela met Niinistö en désaccord avec le gouvernement finlandais qui a réagi positivement aux propositions avancées par les Français et les Allemands.

Bien que la Finlande ait précédemment pris position contre le ministre des Affaires européennes dit «corona-bonds» Tytti Tuppurainen (SDP) a déclaré plus tôt cette semaine qu’elle se félicitait de l’initiative allemande et française – et n’a pas du tout dit expressément qu’elle était contre ce type de financement.

«La position de la Finlande sur le Fonds de relance est ouverte et constructive. Nous sommes prêts à étudier différentes options. Nous attendons avec intérêt la proposition de la Commission à ce sujet. L'orientation du fonds est cruciale. Le Fonds de relance devrait soutenir la relance numérique de l'UE, le Green Deal et la recherche. Les responsabilités de chaque État membre doivent être parfaitement claires », a écrit Tuppurainen sur Twitter.

Les partis d'opposition finlandais sont fermement opposés à toute obligation dans la zone euro. Le chef du National Coalition Party Petteri Orpo a fait écho au président Niinistö (l'un de ses prédécesseurs en tant que président de Kokoomus) dans une interview, déclarant que "chacun doit prendre soin de ses propres dettes, sinon la situation entraînera un aléa moral".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *