Catégories
Lifestyle

Le gouvernement finlandais parlera de piratage mercredi

LE HACKING du centre de psychothérapie Vastaamo et d'autres questions de cybersécurité seront à l'ordre du jour alors que le gouvernement finlandais se réunira mercredi pour son soi-disant cours du soir, a déclaré le ministre de l'Intérieur Maria Ohisalo (Légumes verts).

Ohisalo a décrit dimanche le piratage comme un acte extrêmement exceptionnel, choquant et condamnable, selon Helsingin Sanomat.

«Nous développons la société dans une direction où personne ne doit avoir peur de demander de l’aide. Nous parlons du concept de sécurité globale et de la façon dont les membres de la société font confiance aux autorités et aux organisations qui fournissent l’aide », a-t-elle déclaré dans le journal lors d’une téléconférence avec un groupe de journalistes.

Les piratages, a-t-elle souligné, érodent la confiance du public dans les autorités et créent un sentiment général d'insécurité. Il est donc essentiel que l'administration centrale prenne en considération les problèmes de cybersécurité en s'assurant que les autorités demandent aux différents opérateurs de traiter et de traiter les données de manière à minimiser le risque qu'elles se retrouvent entre de mauvaises mains.

«Aucune autorité n'est responsable à elle seule de la création de la sécurité, mais la sécurité est créée par chacun d'entre nous.»

Ohisalo a déclaré que l'Autorité nationale de surveillance de la santé et du bien-être (Valvira) avait demandé à Vastaamo un rapport sur sa réponse à la violation de données et le respect de ses obligations.

Le piratage a été discuté dimanche par sept membres du gouvernement finlandais. Les secrétaires permanents des différents ministères ont été chargés de préparer le terrain pour les discussions de mercredi.

«Je voulais inviter des ministres de différents ministères parce que les questions de cybersécurité sont liées à de nombreux ministères différents», a déclaré Ohisalo.

«Chaque ministère clé va maintenant examiner ce qu'il pourrait faire dans son propre domaine administratif avant tout pour aider les gens et sécuriser les informations dès que possible, mais aussi pour éviter des incidents similaires à l'avenir.

Elle a également souligné que la priorité à la suite du piratage informatique doit être d'aider les victimes à surmonter la crise aiguë. Les efforts visant à fournir des conseils en traumatologie ont déjà été intensifiés au milieu des informations selon lesquelles les données compromises pourraient inclure des informations sensibles sur des dizaines de milliers de personnes.

Les conseils sont disponibles auprès d'organisations telles que la Croix-Rouge finlandaise, Mental Health Finland, Victim Support Finland et l'Église évangélique luthérienne de Finlande.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *