Catégories
Lifestyle

Le gouvernement finlandais assouplit les restrictions de voyage, rapporte Helsingin Sanomat

LE GOUVERNEMENT FINLANDAIS jeudi a décidé de réduire ses restrictions sur les voyages transfrontaliers.

Helsingin Sanomat a révélé hier que les passagers des pays qui ont signalé 25 infections à coronavirus ou moins pour 100000 habitants au cours des deux dernières semaines ne seront pas tenus d'observer une quarantaine après leur arrivée en Finlande à compter du lundi 14 septembre.

Le gouvernement recommandait auparavant aux gens d'éviter les déplacements inutiles et d'observer une quarantaine de deux semaines après leur retour de pays avec huit cas ou plus pour 100 000 habitants au cours des deux dernières semaines.

Cette décision rend possible les voyages depuis des pays comme le Danemark, la Norvège et la Suède.

"Le seuil de 25 est relativement restrictif pour de nombreux pays, mais c'est le souhait partagé du gouvernement à ce stade", a déclaré jeudi la ministre de l'Intérieur Maria Ohisalo (Verts) devant la Chambre des États à Helsinki.

L'Union européenne a encouragé ses États membres à garder leurs frontières ouvertes aux pays comptant moins de 25 à 50 cas de coronavirus pour 100 000 habitants.

La Finlande ne lèvera cependant pas les contrôles aux frontières intérieures tant que son nouveau modèle d'entrée basé sur des tests et les révisions législatives nécessaires n'auront pas été finalisés, selon Helsingin Sanomat. Le gouvernement éclairera davantage le modèle lors d'une conférence de presse prévue vendredi à 11 heures.

Le ministre des Transports et des Communications, Timo Harakka (SDP), a déclaré hier qu'il se réjouissait de la décision, en particulier pour la Suède. "Je suis particulièrement heureux que nous puissions reprendre une interaction normale avec la Suède", a-t-il déclaré.

Harakka a déclaré que le ministère des Transports et des Communications rédigeait un projet de loi qui obligera les passagers à fournir la preuve d'un test de coronavirus négatif avant d'entrer en Finlande. L'obligation, a-t-il ajouté, s'appliquerait aux passagers des pays où le coronavirus a une incidence plus élevée que 25 cas pour 100000 habitants.

La plupart des pays baltes et nordiques seraient exemptés de cette obligation, selon lui.

Le ministre des Affaires économiques, Mika Lintilä (Centre), s'est également réjoui de cette décision, la décrivant comme une excellente nouvelle pour les affaires, les voyages d'affaires et l'industrie du tourisme. La décision, a-t-il analysé, dissipe l'incertitude et permet à l'industrie du tourisme de se préparer pour la saison hivernale.

«Je suis désolé que cela ait pris si longtemps, mais mieux vaut tard que jamais», a-t-il déclaré.

Lintilä a particulièrement attiré l'attention sur Finnair: «Finnair reviendra désormais sur le marché concurrentiel où il était avec ses concurrents européens.»

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *