Catégories
Lifestyle

Le gouvernement dévoile des mesures pour ajouter plus de 30000 aux rangs des employés

LA COALITION DE RÈGLEMENT a convenu de «nombreuses mesures» pour améliorer la situation de l'emploi et promouvoir la transition vers une société neutre en carbone en Finlande, selon le Premier ministre Sanna Marin (SDP).

Le gouvernement a annoncé hier qu'il avait terminé ses négociations budgétaires, révélant qu'il avait décidé des mesures qui devraient ajouter 31 000 à 36 000 personnes aux rangs des employés.

L'ensemble de mesures présenté par les cinq partis au pouvoir comprend également quelques mesures annoncées plus tôt, telles que la réduction de la trajectoire du chômage vers la retraite, qui devrait avoir un impact sur l'emploi de 6 500 à 7 000.

L'une des nouvelles mesures clés consiste à réformer les services de l'emploi afin de fournir davantage de soutien aux demandeurs d'emploi au début de leur période de chômage et après chaque période de chômage de six mois. La réforme obligera également les demandeurs d'emploi à postuler jusqu'à quatre postes par mois en fonction de leur capacité de travail et de la situation du marché du travail régional.

Le fait de ne pas demander le nombre requis de débouchés pourrait entraîner une suspension des allocations de chômage.

Considérée comme la seconde venue du modèle d'activation de la sécurité du chômage, la réforme devrait accroître les rangs des salariés de 9 500 à 10 000 personnes.

Le relèvement de l’âge de la fin de la scolarité, la réduction des frais d’éducation de la petite enfance et l’élargissement du système de subventions salariales devraient, à leur tour, augmenter les rangs de 1 600, 2 500–3 600 et 500-1 000 respectivement.

Le gouvernement a en outre demandé aux organisations du marché du travail d'élaborer des mesures pour ramener 10 000 à 12 000 demandeurs d'emploi de plus de 55 ans dans les rangs des salariés et améliorer à la fois leur position sur le marché du travail et leur capacité à faire face à la vie professionnelle. Les organisations doivent présenter une proposition crédible pour atteindre l'objectif d'ici novembre.

«Si les organisations du marché du travail ne donnent pas une réponse qui atteint l’objectif, le gouvernement prendra les décisions lui-même», a déclaré la ministre des Sciences et de la Culture Annika Saarikko (Centre).

Baisse de la taxe sur l'énergie industrielle, abattements supprimés

Le gouvernement a également annoncé une poignée de mesures destinées à rendre le pays neutre en carbone d'ici 2035 et négatif en carbone peu de temps après.

La taxe sur l'énergie industrielle, a-t-elle confirmé, sera réduite au niveau le plus bas autorisé par l'Union européenne. Les réductions de la taxe sur l'énergie industrielle seront supprimées après une période de transition de quatre ans au cours de laquelle les subventions énergétiques existantes seront utilisées pour encourager les industries à passer à des technologies sans émissions.

Le système de compensation des coûts indirects découlant de l'échange de droits d'émission sera abandonné.

«Une nouvelle subvention temporaire d'électrification sera créée pour les industries à forte intensité énergétique, ce qui fournit une incitation plus efficace pour une production neutre en carbone et l'électrification des entreprises à forte intensité énergétique tout en tenant compte de la compétitivité des coûts», indique son communiqué de presse.

La taxe sur les combustibles de chauffage comme le charbon, le gaz naturel et le fioul sera augmentée pour générer 105 millions d'euros de recettes fiscales supplémentaires à partir de début 2021. La taxe sur la tourbe sera augmentée de 2,7 euros par mégawattheure et incorporée avec un mécanisme de prix plancher qui, avec le coût des droits d'émission, garantit que la consommation d'énergie de la tourbe diminue d'au moins 50% d'ici 2030.

Emma Kari (Verts) a tweeté que la décision doublerait presque la taxe sur la tourbe.

Le gouvernement propose un budget de 64,2 milliards d'euros pour 2021. Le budget affiche un déficit de 10,8 milliards d'euros, portant la dette totale de l'administration centrale à 135 milliards d'euros au cours de l'année prochaine.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *