Catégories
Lifestyle

Le directeur de la campagne du parti finlandais agressé, la police n'a pas fait grand cas des détails

FINLANDE CENTRALE Le service de police a gardé fermement secret les détails de l'assaut brutal d'un directeur de campagne régional du parti finlandais.

Pekka Kataja, directeur de campagne du parti d'opposition pour la circonscription électorale de la Finlande centrale, a été victime d'une agression qui fait l'objet d'une enquête pour tentative d'homicide involontaire coupable à Jämsä, dans le centre de la Finlande, vendredi.

«Les personnes soupçonnées d'avoir commis cet acte n'ont pas été jointes jusqu'à présent, mais l'enquête a progressé. La police n'a plus d'informations à divulguer à ce stade. La prochaine annonce concernant l'affaire ne sera pas faite tant que cela ne sera pas possible d'un point de vue opérationnel », a déclaré vendredi un porte-parole de la police dans un court communiqué de presse.

Kataja a d'abord déclaré que l'un des assaillants «ressemblait à un arabe», mais il a depuis clarifié sa déclaration, selon Helsingin Sanomat: «Je ne voulais pas dire que des étrangers m'ont attaqué.

Jussi Halla-aho, le président du parti finlandais, et Simo Grönroos, le secrétaire du parti finlandais, ont fait part de leurs réflexions sur l'incident le week-end dernier, le qualifiant d'attaque contre l'activité politique.

«Les informations dont nous disposons indiquent que deux hommes se sont présentés à la porte d'entrée de Kataja, l'ont mentionné par son nom et ont déclaré qu'ils livraient une sorte de cargaison du parti finlandais. Lorsque Kataja a ouvert la porte, les hommes l'ont attaqué », ont-ils déclaré dans un communiqué de presse conjoint.

«Tous les signes indiquent qu'il ne s'agit pas d'une infraction aléatoire, mais d'une attaque et d'une tentative d'homicide visant Kataja et son implication dans la politique des partis», ont conclu Halla-aho et Grönroos.

Leur communiqué de presse indique également que la victime a subi une fracture du crâne, une hémorragie cérébrale, plusieurs côtes cassées et un doigt cassé, en plus de contusions et blessures moins graves, lors de l'attaque.

Annukka Liukkonen, l'officier chargé de l'enquête préliminaire, a déclaré dimanche à Keskisuomalainen que l'incident était «plutôt féroce et dramatique» et que les déclarations de la victime n'étaient par conséquent «pas claires».

«Les témoins qui ont vu les auteurs ont fourni des informations qui indiquent autre chose que la victime elle-même a communiqué», a-t-elle déclaré.

Kataja est également l'assistante parlementaire de Jouni Kotiaho (PS), un premier membre du Parlement finlandais de Jämsänkoski, en Finlande centrale.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *