Catégories
Lifestyle

La situation des coronavirus sur les chantiers de construction est une préoccupation majeure pour le syndicat

LE BESOIN que les travailleurs de la construction observent une quarantaine de deux semaines après être entrés dans le pays ou avoir été exposés au nouveau coronavirus s'est avéré lettre morte, ainsi que de nombreuses autres mesures pour limiter la propagation du virus dans l'industrie, prévient le syndicat finlandais de la construction.

Le syndicat a déclaré hier qu'il était «extrêmement préoccupé» par la situation des coronavirus sur les chantiers de construction.

«Des expositions et des infections à coronavirus ont eu lieu dans plusieurs localités, en particulier parmi les travailleurs étrangers en détachement. Dans l'ensemble, des centaines de travailleurs ont été touchés par les incidents », a-t-il souligné dans un communiqué de presse.

«Parce que les travailleurs ne reçoivent généralement pas de salaire pour la quarantaine autocontrôlée, les personnes arrivant de pays pauvres ne sont pas en mesure d'observer la quarantaine. Pour la même raison, les gens vont même travailler malades.

Le syndicat de la construction a déclaré qu'il exigeait depuis des mois que les autorités prennent des mesures concrètes pour résoudre le problème. «[L'Institut finlandais pour la santé et le bien-être] THL a publié le 30 juin sa recommandation de mesures de lutte contre le coronavirus sur les chantiers de construction. Presque aucune de ses recommandations n’a été concrétisée. »

Les principales lacunes, a-t-elle indiqué, sont liées à l'hygiène des installations sociales sur les chantiers de construction et aux conditions de vie et au non-respect des recommandations de quarantaine des travailleurs étrangers détachés en Finlande.

«Même sur les principaux chantiers des plus grandes entreprises de construction du pays, il y a eu indifférence pour l'hygiène des installations sociales. Pour chaque site qui s'occupe correctement de la question, il y en a deux avec des lacunes flagrantes », a soutenu le syndicat.

Le fait que les travailleurs détachés soient généralement hébergés dans des logements partagés, a-t-il ajouté, signifie que tout le groupe devrait être mis en quarantaine en cas de maladie. Cela n'a toutefois pas été le cas, car la question a été «laissée sur les épaules des travailleurs qui sont à la merci de leurs employeurs».

Le syndicat de la construction demande que le nettoyage des installations sociales soit amélioré et l'hygiène des installations surveillée.

Les travailleurs arrivant de l'étranger devraient être mis en quarantaine de deux semaines avec un salaire qui ne peut être résilié plus tôt que prévu en raison d'un test de coronavirus négatif reçu en Finlande. Leur mode de logement, quant à lui, devrait être repensé pour s'assurer que deux travailleurs ne partagent pas une pièce et assurer la sécurité également pendant la pandémie.

Les autorités devraient en outre accroître la surveillance tant sur les chantiers de construction que dans les logements des travailleurs étrangers.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *