Catégories
Lifestyle

La plupart des Finlandais ont hâte de retourner sur leur lieu de travail, selon une enquête de YLE

LA MAJORITÉ des Finlandais en ont assez du télétravail et sont impatients de retourner de leur bureau de fortune à l'agitation du lieu de travail, selon une enquête de YLE.

YLE a révélé jeudi que 58% des répondants ont déclaré qu'ils aimeraient retourner sur le lieu de travail parce que la situation des coronavirus s'est améliorée, tandis que près d'un quart (23%) ont déclaré qu'ils hésitaient à retourner sur le lieu de travail en raison de préoccupations concernant l'épidémie.

Près d'un cinquième (19%) des répondants ont choisi de ne pas commenter leurs sentiments concernant le retour imminent au travail.

Le gouvernement finlandais lèvera sa recommandation sur le télétravail samedi 1er août.

Tanja Luukkanen, conseillère principale pour l'environnement de travail et l'égalité chez Trade Union Pro, a confirmé à la société de radiodiffusion publique que de nombreux employés ne savaient pas s'il était sûr de retourner sur le lieu de travail.

Le retour, a-t-elle souligné, doit donc être planifié de manière très détaillée – dans la mesure où les dangers et risques liés au coronavirus sont revus spécifiquement pour chaque employé et poste de travail. Il est également important d'utiliser les connaissances des employés lors de la rédaction du plan, car ils ont la meilleure compréhension de ce que leur travail implique réellement.

«Il est conseillé d’établir un plan d’action écrit qui énumère en détail les aspects à commenter et la marche à suivre pour certaines situations. Et il devrait être mis à jour si nécessaire », a-t-elle déclaré.

Plus de la moitié (56%) des répondants ont révélé qu'ils avaient l'intention de travailler plus à distance à l'avenir qu'avant l'état d'urgence déclaré à la mi-mars suite à la pandémie de coronavirus. Cette part indique une augmentation marquée par rapport aux 27 pour cent mesurés en avril, ce qui suggère que de nombreux employés se sont adaptés au travail à domicile.

«Le passage au télétravail a été agile et indolore dans la majorité des lieux de travail, mais il y a également eu des cas où nous avons été informés qu'un employeur hésitait à autoriser un employé à travailler à distance, même lorsque l'employé était membre d'un groupe à risque », a déclaré à Luukkanen.

YLE a également rappelé jeudi que le télétravail n'était pas une option pour tous les employés, même si cela peut sembler être le cas à en juger par le vaste débat public. Les infirmières, les enseignants et les chauffeurs de bus ont dû faire face à leurs patients, élèves et clients également pendant l'épidémie de coronavirus.

Plus d'un quart (26%) des répondants ont déclaré avoir travaillé complètement et 14% en partie à distance ces derniers mois. À l'inverse, plus d'un tiers (36%) ont déclaré que le télétravail n'était pas une option pour eux.

Les autres répondants ont déclaré ne pas être dans la vie active.

L'enquête a également révélé des différences considérables dans les attitudes à l'égard du télétravail: près de la moitié (48%) des répondants préféreraient travailler à distance chaque fois que possible, tandis que 29% ont déclaré préférer être sur le lieu de travail.

Jari Hakanen, professeur-chercheur à l'Institut finlandais de la santé au travail, a estimé que les réponses reflétaient à la fois une volonté de retourner sur le lieu de travail et une frustration face au télétravail.

«Ce n’est pas une question par oui ou par non», a-t-il déclaré à YLE. «Les gens veulent travailler plus à distance, mais d'un autre côté, ils manquent d'une communauté de travail et d'un lieu de travail où ils peuvent échanger des idées et apprendre les uns des autres.»

Taloustutkimus a interrogé 1 447 personnes pour l'enquête entre le 24 et le 27 juillet.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *