Catégories
Lifestyle

La Finlande veut que l'application coronavirus soit prête pour une éventuelle deuxième vague, confirme THL

L'APPLI CONTACT-TRACING développé en Finlande a réussi à identifier les contacts des porteurs et a notifié aux autres utilisateurs de l'application leur éventuelle exposition au coronavirus dans les simulations d'essai en cours, révèle Sami Köykkä, consultant senior chez Solita.

La société de logiciels basée à Helsinki a été chargée de développer l'application par l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être (THL).

THL signale 11 nouveaux cas mercredi

  • L'Institut finlandais pour la santé et le bien-être (THL) a déclaré que le nombre d'infections à coronavirus confirmées en laboratoire avait augmenté de 11 à 7362 entre mardi et mercredi.
  • Quarante des infections ont été détectées au cours de la dernière période de surveillance de sept jours entre le 13 et le 19 juillet, signalant une augmentation de deux par rapport à la période entre le 6 et le 12 juillet.
  • Le nombre de morts du coronavirus est resté à 328 pendant des semaines.
  • Le nombre de personnes hospitalisées présentant des symptômes causés par le virus a diminué de deux à quatre entre mardi et mercredi. Aucun des patients n'a actuellement besoin de soins intensifs.
  • On pense que plus de 90 pour cent, soit 6 920, des personnes atteintes d'infections confirmées se sont rétablies de la maladie.
  • Environ 321 100 échantillons ont été testés pour le virus, soit une augmentation de 3 300 par rapport à mardi.

Le processus de développement est accéléré afin de garantir que l'application est prête avant que la deuxième vague possible d'infections à coronavirus ne déferle sur la Finlande, selon Aleksi Yrttiaho, responsable des services d'information chez THL. Pour que l'application réussisse à couper les chaînes de transmission, elle doit être installée sur un nombre suffisamment élevé de combinés dans le pays.

«Nous cherchons à atteindre un million au cours du premier mois. Cela aiderait si la deuxième vague commence », a révélé Köykkä.

La solution est fondamentalement relativement simple, selon lui. L'application utilise les interfaces des systèmes d'exploitation les plus populaires d'Apple et de Google et les signaux Bluetooth, stockant des données sur tous les autres téléphones qui, en fonction de la force du signal, se trouvaient à proximité de l'utilisateur de l'application.

Chaque fois qu'une personne est testée positive pour le coronavirus, les autorités de santé lui fournissent un code qu'elle peut utiliser pour informer l'application de l'infection. Les smartphones qui sont entrés en contact avec le transporteur depuis assez longtemps informeront alors leurs propriétaires qu'ils peuvent avoir été exposés au virus.

L'application ne doit ni utiliser beaucoup de batterie, ni cesser de fonctionner si elle n'est pas ouverte pendant un certain temps afin de retracer les chaînes de transmission le plus efficacement possible. C'est pourquoi l'utilisation des interfaces des systèmes d'exploitation était un choix facile pour le développeur, selon Köykkä.

«Les fabricants de téléphones peuvent créer les interfaces de manière à ce qu'elles fonctionnent de manière fiable et n'utilisent pas trop de ressources. Nous n'avons pas à réinventer la roue », a-t-il déclaré.

Apple et Google ont annoncé qu'ils n'autoriseraient qu'une seule application de recherche des contacts, développée par une autorité sanitaire nationale, sur leur marché pour ce pays – dans le cas de la Finlande, THL. L'une des principales questions ouvertes est de savoir comment les applications sont capables de suivre des chaînes de transmission qui s'étendent au-delà des frontières nationales sans collecter de données, y compris des données de localisation, sur les utilisateurs.

L'Union européenne a déjà commencé à réfléchir à la question.

Köykkä a révélé que l'idée était actuellement d'échanger des codes clés dans les pays visités par l'utilisateur de l'application et de permettre à l'application d'identifier ces pays de manière anonyme en fonction des réseaux sur lesquels l'utilisateur s'est déplacé.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *