Catégories
Lifestyle

La Finlande cherche à assouplir considérablement les restrictions d'entrée pour les voyageurs

LE MINISTÈRE des affaires sociales et de la santé a présenté mardi sa proposition de réorganiser les critères sur la base desquels les voyageurs sont tenus de passer des tests de coronavirus et d'observer les quarantaines à leur arrivée en Finlande.

La proposition classerait les pays parmi les pays à haut risque s'ils avaient signalé au cours des deux dernières semaines au moins deux fois plus de cas de coronavirus pour 100000 habitants que la Finlande.

Les voyageurs de ces pays pourraient être placés en quarantaine jusqu'à 10 jours par un médecin des maladies infectieuses si la quarantaine est jugée nécessaire pour empêcher la propagation du virus. Ils seraient autorisés à entrer dans le pays sans quarantaine en présentant la preuve d'un «médecin crédible» qu'ils se sont rétablis d'une infection à coronavirus confirmée en laboratoire ou ont été vaccinés contre Covid-19.

Les ordonnances de mise en quarantaine ne seraient pas émises aux voyageurs dont la visite ne dure pas plus de trois jours, qui ont la preuve d'un test de coronavirus négatif effectué au plus tard 48 heures avant le départ ou qui sont testés négatifs pour le virus immédiatement à l'arrivée.

Les voyageurs passant quatre à six jours dans le pays, à leur tour, pourraient éviter la mise en quarantaine soit en fournissant la preuve d'un test de coronavirus négatif effectué au plus tard 48 heures avant le départ ou en testant le virus immédiatement à l'arrivée.

Le coronavirus a actuellement une incidence d'environ 50 cas pour 100000 habitants en Finlande, selon Helsingin Sanomat. Les règles de test et de quarantaine ne s'appliqueraient donc pas aux voyageurs en provenance de pays comptant moins de 100 cas pour 100 000 habitants, critère qui n'est actuellement rempli que par le Vatican dans l'UE et l'espace Schengen.

Un ordre de quarantaine pourrait également être émis pour les voyageurs de ces pays dits verts.

«S'il y a des raisons de soupçonner une exposition [au nouveau coronavirus], les personnes arrivant de ces groupes pourraient également être mises en quarantaine», Liisa Katajamäki, a expliqué à YLE un conseiller ministériel principal au ministère des Affaires sociales et de la Santé.

La limite actuelle étant de 25 cas pour 100 000 habitants, la proposition offrirait une flexibilité supplémentaire en couplant les critères à l'incidence en Finlande.

La proposition stipule que le gouvernement réexaminerait et, si nécessaire, recatégoriserait les pays sur la base des critères au moins une fois par mois.

Les ressortissants finlandais et les résidents permanents seraient autorisés à arriver librement dans le pays, bien qu'il soit également recommandé qu'ils observent une quarantaine lorsqu'ils arrivent de pays autres que verts.

La proposition sera diffusée pour commentaires jusqu'au 24 novembre 2020. Elle doit être soumise à l'examen parlementaire le 3 décembre.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *