Catégories
Lifestyle

La crise des coronavirus ne doit pas ralentir les réformes structurelles, selon le groupe de travail sur la sortie

UNE FORCE DE TRAVAIL dirigé par Martti Hetemäki, le secrétaire permanent du ministère des Finances, a présenté son deuxième rapport décrivant une sortie de crise économique et sociale déclenchée par la pandémie de coronavirus.

Hetemäki a déclaré lundi que, malgré le risque d'une deuxième vague d'infections, le gouvernement devrait commencer à se préparer sans tarder aux soins et à la reconstruction.

La Finlande, suggère le rapport, devrait augmenter temporairement les emprunts pour effectuer des investissements et introduire des mesures de relance dans la phase de suivi, mais commencer simultanément à reconstruire en, par exemple, en mettant en œuvre des réformes du marché du travail afin d'assurer la viabilité à long terme de l'économie nationale.

"Les réformes structurelles ne devraient pas ralentir à cause de la crise", indique le rapport.

Toutefois, les réformes ne suffiront pas à elles seules à relancer l'économie, mais elles doivent être complétées par des réductions de dépenses et des augmentations d'impôts. Hetemäki a souligné que le gouvernement s'endettait actuellement à un rythme tel que des ajustements d'une valeur d'environ sept milliards d'euros seraient nécessaires pour équilibrer le taux d'endettement dans les années 2020.

"Si cela ne devait se faire qu'en augmentant l'emploi, cela signifierait que le nombre de salariés devrait être jusqu'à 240 000 plus élevé qu'avant la crise", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse lundi par Helsingin Sanomat.

La tâche est difficile. Le gouvernement finlandais déclare dans son programme gouvernemental qu'il est déterminé à augmenter les effectifs de 30 000 personnes cet automne – une question difficile avant même la crise actuelle.

Le ministère de l'Emploi et de l'Économie a estimé que le nombre de demandeurs d'emploi au chômage a augmenté, principalement en raison de licenciements temporaires, de plus de 180 000 depuis février.

«Il serait judicieux d'utiliser notre temps maintenant pour préparer des mesures structurelles afin qu'elles soient à notre disposition une fois que la situation économique sera meilleure et la demande de main-d'œuvre forte», a déclaré Hetemäki. «L'emploi a un impact si massif sur de nombreuses choses, y compris l'économie publique, que c'est le bon moment pour améliorer l'expertise et faire tout ce qui améliore les opportunités d'emploi et la productivité.»

L'effort de relance devrait mettre l'accent sur les initiatives vertes qui soutiennent la transition vers une société neutre en carbone, selon le groupe de travail. L'accent, a-t-il ajouté, devrait passer progressivement des mesures encourageant l'activité économique aux investissements dans la recherche, le développement et l'innovation qui soutiennent la transition verte.

Le groupe de travail a souligné que, comme les mesures de suivi et de relance augmentent l'endettement du secteur public, les stratégies de suivi et de reconstruction devraient être considérées comme un tout où les mesures à court terme sont soutenues par une feuille de route pour restaurer la durabilité de l'économie publique après la crise. .

Le gouvernement finlandais, après avoir discuté du rapport hier après-midi, a demandé aux ministères d'élaborer un plan d'action pour le 21 juin.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *