Catégories
Lifestyle

La cérémonie du bureau ovale marque le retour, la réinhumation des restes autochtones du musée finlandais

Cérémonie du Bureau ovale impliquant des responsables finlandais et Donald Trump, 18 septembre 2020 / Crédit: Maison Blanche

Une cérémonie au bureau ovale avec le président américain Donald Trump a marqué la fin d'un processus de quatre ans visant à restituer les ossements et les objets funéraires autochtones du Musée national de Finlande dans leurs terres ancestrales.

Les restes de 20 Indiens Pueblo et 28 artefacts enterrés avec eux ont été enterrés le week-end dernier, mais Trump a marqué vendredi le premier retour historique de restes d'Autochtones d'outre-mer à la Maison Blanche.

Le nouvel ambassadeur de la Finlande aux États-Unis a participé à cet événement Mikko Hauttala, l'ambassadeur américain en Finlande Robert Pence, et directeur général du Musée national de Finlande Elina Anttila.

«C'est un moment historique et remarquable. Le processus a été délicat. Il a été important de respecter les souhaits des tribus », a déclaré l'ambassadeur Pence qui a également présenté ses lettres de créance au président Trump lors d'une cérémonie distincte du bureau ovale vendredi, après avoir obtenu un test Covid-19 négatif avant leur réunion. Trump avait déjà discuté du sujet du retour des restes lors d'une réunion avec le président Sauli Niinistö en 2019.

Cliff Palace, situé à Chapin Mesa, Mesa Verde, comptait jusqu'à plus de 200 salles de séjour et de stockage. Photo de 1891. Photo: Gustaf Nordenskiöld (National Board of Antiquities Picture Collections

La collection Mesa Verde du musée d'Helsinki comprend 600 artefacts des anciens Indiens Pueblo datant des années 500 au 14ème siècle. Il a été pris dans les années 1890 par un géologue suédois Gustaf Nordenskiöld.

«Il est formidable que la passation de contrôle préparée depuis longtemps se soit maintenant déroulée dans le cadre d'une excellente coopération entre les parties. Tout au long du processus délicat et émotionnel, il a été extrêmement important pour nous de respecter les souhaits des tribus », déclare Elina Anttila.

Les peuples autochtones étaient représentés dans le processus de rapatriement par les tribus Hopi, Acoma, Zia et Zuni.

«La Finlande est attachée aux accords internationaux et aux principes éthiques des musées qui soulignent l’importance des biens culturels pour les peuples de ses pays d’origine. La tâche de plus en plus importante du Musée national finlandais est de renforcer le dialogue interculturel, la diversité et le droit de chacun à son propre patrimoine culturel », ajoute Antilla.

Les collections nationales de la Finlande sont la propriété de l’État, de sorte que le transfert a nécessité l’autorisation du gouvernement, qui a été donnée en août.

Aujourd'hui, l'exportation de matériel du patrimoine culturel hors du pays d'origine est régie par des accords internationaux. Cependant, dans les années 1890, aucun traité n’a été rédigé et les traités d’aujourd’hui ne s’appliquent pas rétroactivement.

Le Musée national de Finlande affirme que bien que l'introduction d'artefacts provenant de tombes, y compris de restes humains, n'était pas illégale dans le passé, on peut maintenant dire que la grande importance culturelle et spirituelle des tombes pour les peuples autochtones n'a pas été prise en compte .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *