Catégories
Lifestyle

"Il n'y a pas du tout de politique normale" alors que les sociaux-démocrates avancent dans le dernier sondage

Photo de dossier au Parlement, décembre 2019 / Crédit: News Now Finland

Un nouveau sondage publié mercredi à Helsingin Sanomat montre au Premier ministre Sanna MarinLes sociaux-démocrates étendent leur avance, le Parti finlandais prend une nouvelle dégringolade et les autres partis stagnent.

Un large échantillon de 2 214 personnes a été interrogé entre le 20 avril et le 14 mai sur le parti pour lequel il voterait si des élections générales avaient lieu maintenant.

Quelque 22,1% ont déclaré qu'ils voteraient pour les sociaux-démocrates, en hausse de 1,7 point de pourcentage depuis le dernier sondage Helsingin Sanomat. En deuxième position, 18,1% des personnes ont déclaré qu'elles voteraient pour le Parti populiste finlandais, soit une baisse de 2,1 points de pourcentage supplémentaires.

Toutes les autres parties ont vu leur soutien rester le même, ou augmenter ou diminuer de 0,3% ou moins. Cependant, les cinq partis de la coalition gouvernementale bénéficient désormais d’un soutien combiné de 57%.

«Le plus drôle, c'est que la popularité ne semble aller qu'aux sociaux-démocrates. Les Verts sont à peu près les mêmes et les chiffres pour le Parti du centre sont catastrophiques en termes historiques », explique Professeur Markku Jokisipilä, du Centre d'études parlementaires de l'Université de Turku.

"Nous pouvons expliquer cela que Sanna Marin reçoit autant de publicité et le public semble être satisfait de la façon dont elle gère les choses. Nous avons 300 morts, ce qui, par comparaison internationale, est un chiffre très bas, et la majorité des gens ordinaires pensent que c'est sous contrôle maintenant et cela leur donne une satisfaction fondamentale dans la ligne du gouvernement », dit-il News Now Finland.

Les partis d'opposition déclinent

Au cours des derniers mois de la crise des coronavirus, le principal parti d'opposition finlandais a vu son soutien chuter le plus, bien que le parti de la coalition nationale ait également connu une baisse du soutien des électeurs.

Le professeur Jokisipilä ne pense pas que les partisans du Parti finlandais changent nécessairement d'allégeance, ils ont plutôt perdu tout intérêt pour la politique.

«Jussi Halla-aho a été presque complètement invisible au cours des deux derniers mois et les gens sont redevenus indifférents à la politique. Maintenant, avec le coronavirus, la Finns Party n’a plus rien pu faire. Il n'y a pas du tout de politique normale. »

Le professeur Jokisipilä dit qu'il n'y a pas beaucoup d'occasions pour les partis d'opposition de jouer un rôle traditionnel pendant la crise, en particulier lorsque la perception du public est que le gouvernement sortant a fait un travail compétent pour gérer les événements.

Cependant, il prévient qu'il y a toujours un «point de basculement» en politique lorsque le soutien à un gouvernement apparemment populaire commence à décliner.

«Cela s'est toujours produit dans le passé, et cela se produira également à l'avenir.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *