Catégories
Lifestyle

Il n'est plus conseillé aux districts hospitaliers finlandais de conserver la moitié des vaccins pour la deuxième dose

DISTRICTS HOSPITALIERS en Finlande, il n'est plus nécessaire de réserver la moitié de chaque envoi de vaccins pour les deuxièmes injections, rapporte Helsingin Sanomat.

L'Institut finlandais pour la santé et le bien-être (THL) a révélé vendredi, dans ce qui semble être un signe d'optimisme concernant les expéditions de vaccins, qu'il avait modifié ses instructions pour les districts hospitaliers afin de s'assurer que le plus grand nombre possible soient vaccinés tôt.

Les instructions précédentes indiquaient que les districts hospitaliers devraient stocker la moitié de chaque envoi de vaccin pour s'assurer que la deuxième injection puisse être administrée à temps.

«Nous sommes convaincus qu’il y aura suffisamment de doses. Il est important que nous puissions accélérer les vaccinations », Hanna Nohynek, un médecin en chef à THL, a commenté vendredi à Helsingin Sanomat.

Une décision sur la question a été prise la semaine dernière et les instructions détaillées ont été présentées aux districts hospitaliers le jeudi 7 janvier, selon Mia Kontio, un expert senior chez THL.

«Nous attendions que les deux premiers envois soient arrivés comme promis», a-t-elle déclaré au quotidien. «Les instructions indiquent que les (doses) précédemment livrées doivent être administrées au moment de l'arrivée du prochain envoi. La pensée initiale était que la deuxième dose serait mise de côté, mais nous en avons discuté cette semaine et (décidé) que cela n’était pas nécessaire. »

«Les instructions stipulent désormais que les districts doivent utiliser toutes les doses de vaccin dont ils disposent le plus rapidement possible.»

Selon Nohynek, THL ne craint pas que la décision entraîne un retard de la deuxième injection au point de compromettre l'efficacité du vaccin. Le vaccin Pfizer-Biontech doit être administré en deux doses – cette dernière au plus tôt trois semaines et au plus tard six semaines après la première.

«Il est possible de retarder l’administration de la (deuxième) dose, même si nous espérons que la deuxième dose sera administrée aux alentours de trois semaines, si possible», a déclaré Nohynek.

Elle a également souligné que la première dose à elle seule offre une protection relativement saine contre le nouveau coronavirus, tandis que la deuxième dose garantit une protection efficace et durable.

«Les études publiées sur l'efficacité indiquent que l'efficacité protectrice du vaccin était supérieure à 50% deux semaines après la première dose. La protection peut même être proche de 90% avant la deuxième dose », a-t-elle dit.

Les vaccins Moderna et Astra Zeneca sont également administrés en deux doses. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé le 6 janvier qu'elle recommandait l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le premier, une recommandation qui a été prise en compte par la Commission européenne.

Aucune date n'a encore été fixée pour discuter du vaccin développé par Astra Zeneca et l'Université d'Oxford.

Aleksi Teivainen – HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *