Catégories
Lifestyle

Dimanche, trois femmes et neuf enfants sont rentrés d'Al-Hawl en Finlande

OFFICIELS au ministère des Affaires étrangères a confirmé que trois mères finlandaises et neuf enfants sont rentrés hier en Finlande d'al-Hawl, un camp de détention mis en place pour les femmes et les enfants du soi-disant État islamique en Syrie.

Les femmes et les enfants sont actuellement confiés à des responsables sociaux et sanitaires et sous la supervision de responsables de l'application des lois.

"Ils sont généralement en bon état, du moins physiquement, à la lumière des circonstances – et je veux dire vraiment à la lumière des circonstances. Les familles sont désormais prises en charge par les responsables des services sociaux et de santé, mais la police s'occupe également d'eux », a déclaré dimanche Pekka Puustinen, sous-secrétaire d'État au ministère des Affaires étrangères.

«Les familles se sont échappées du camp par elles-mêmes. Les enfants et les mères se sont échappés du camp à différents moments et, à mesure que les événements se sont produits, des informations ont été transmises à la chaîne au ministère des Affaires étrangères. »

Puustinen a refusé de commenter la façon dont ils ont réussi à fuir le camp de détention, mais a déclaré que les femmes et les enfants ont passé «un peu de temps» à Ankara, en Turquie. Le ministère des Affaires étrangères, a-t-il ajouté, les a aidés à obtenir des documents de voyage en coopération avec les autorités turques. Aucun responsable ne les a cependant escortés lors de leur vol commercial de retour vers la Finlande.

"D'une manière générale, ils ont juste trouvé un moyen de s'échapper du camp", a-t-il résumé.

Il peut être difficile de vérifier que les mères et les enfants sont effectivement liés comme ils le prétendent, a-t-il admis.

Le ministère des Affaires étrangères a conclu un accord de remboursement avec les rapatriés qui couvre non seulement les frais de vol mais également les autres frais encourus lors du retour. "La Finlande n'aura pas de frais à cet égard", a déclaré Puustinen.

La Finlande, a-t-il souligné, n'encourage nullement les gens à tenter de s'échapper du camp en raison des dangers qui y sont associés.

Puustinen a concédé qu'un autre aspect qui reste inconnu est de savoir si les rapatriés ont des liens avec l'État islamique. Les rapatriés ont cependant été expliqués de manière générale sur ce qui les attend en Finlande.

Al-Hawl continue d'héberger une vingtaine d'enfants et moins de 10 adultes finlandais, selon le ministère des Affaires étrangères.

«L'épidémie de coronavirus a un impact majeur sur la coopération avec les troupes kurdes locales. La coopération se poursuivra dans la mesure du possible, mais nous ne sommes pas en mesure d'organiser des retours en raison de la pandémie. Dès que la situation des coronavirus se sera calmée, nous pourrons poursuivre l'opération de retour », a-t-il déclaré, refusant de commenter le temps que prendrait l'opération.

«La Finlande essaie d’engager des négociations pour ramener les enfants en Finlande, pour s’assurer que les droits des enfants sont respectés», a-t-il résumé.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *