Catégories
Lifestyle

11 minutes en ville, 55 en zone rurale

UNE FORCE DE TRAVAIL nommé par le Conseil national de la police a présenté son rapport sur les délais d'intervention de la police à la ministre de l'Intérieur Maria Ohisalo (Verts).

Fixer des délais d'intervention maximaux pour la police – le temps qu'il faut aux policiers pour arriver sur les lieux d'un incident après un appel – est l'un des objectifs fixés dans le programme gouvernemental du Premier ministre Sanna Marin (SDP).

Les domaines de risques proposés:

  1. Villes de plus de 120 000 habitants.
  2. Les municipalités où au moins 90% des habitants vivent dans des zones urbaines ou la plus grande zone urbaine ont une population d'au moins 15 000 habitants.
  3. Les municipalités où au moins 60%, mais pas plus de 90% des habitants vivent dans des zones urbaines et la plus grande zone urbaine a une population d'au moins 4 000, mais pas plus de 15 000.
  4. Les municipalités où moins de 60% des habitants vivent en zone urbaine et la plus grande zone urbaine compte entre 4 000 et 15 000 habitants, ou au moins 60% des habitants vivent en zone urbaine et la plus grande zone urbaine compte moins de 4 000 habitants.
  5. Municipalités qui n'ont pas reçu plus de 50 appels urgents par an au cours des cinq dernières années.

L'objectif du gouvernement est ainsi d'accroître la présence et la visibilité des autorités chargées de l'application des lois, en particulier dans les régions à faible niveau de service.

Le groupe de travail propose d'établir un temps de réponse maximal pour les appels urgents pour cinq régions présentant des caractéristiques de risque différentes: grandes villes de plus de 120 000 habitants, municipalités de type urbain, municipalités densément peuplées, municipalités rurales et municipalités rurales ne comptant pas plus de 50 urgentes appels un an au cours des cinq dernières années.

Les temps de réponse maximaux varieraient de 11 minutes dans les grandes villes et 18 minutes dans les municipalités de type urbain à 30 minutes dans les municipalités à forte densité de population, 35 minutes dans les municipalités rurales et 55 minutes dans les municipalités rurales avec moins de 50 appels urgents.

Selon la proposition, la police devrait arriver sur les lieux des incidents dans les délais dans au moins 80% des cas.

Les temps de réponse à 80% des appels urgents variaient auparavant de 7 à 11 minutes dans les grandes villes à 14 à 144 minutes dans les zones rurales avec moins d'un appel urgent par semaine en moyenne. La proposition améliorerait donc la situation, en particulier dans les régions rurales moins densément peuplées.

«Les temps de réponse réalisés varient considérablement au sein des catégories de risques en raison des caractéristiques et des environnements d'exploitation différents des régions. La catégorie de risque cinq, par exemple, comprend 137 villes et municipalités, dont 18 n'ont pas respecté le temps de réponse maximal de 55 minutes en 2019 », a déclaré le groupe de travail.

Il a évalué que les délais de réponse proposés peuvent être atteints dans la plupart des villes et municipalités sans ressources supplémentaires en mettant en œuvre et en développant certaines mesures.

Aleksi Teivainen – HT
Source: Uusi Suomi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *